Le taxi-drone volant

Issu du mythe et des rêves, le taxi-drone volant devient maintenant une réalité. Plusieurs constructeurs ont déjà sorti leur prototype. Ils font au total huit entreprises à s’être lancées dans la course. A Dubaï, certaines d’entre elles se sont adonnées au préalable aux différents tests depuis 2017.

 

Le taxi-drone, en général

Grâce au taxi-drone volant, fini les embouteillages ! Cet appareil futuriste emmène les passagers vers leur destination et ne nécessite pas de conducteur. Il suffit au client d’entrer son trajet sur le tableau de bord. Les moteurs électriques soulèvent le tout jusqu’à une certaine distance du sol (environ 300 m). L’autonomie atteint les 30 minutes de vol, avec une vitesse de pointe de 160 km/h. De grandes enseignes, telles qu’Airbus, Volocopter ou Ehang figurent en tête de liste dans les recherches et la production de ce véhicule du futur.

 

Le modèle d’Ehang (Chine)

La firme chinoise Ehang a déjà lancé la production du modèle Ehang 184, un drone à seize rotors et pouvant transporter plusieurs passagers. Performant et robuste, ce prototype a pu résister à des vents violents, de force 7, durant ses tests. Les Chinois pensent insérer cette invention spectaculaire dans les transports urbains. Lors des essais, cet appareil a pu parcourir une distance de 15 kilomètres, à une altitude de 300 mètres. Il a également fait face au brouillard et a effectué des vols de nuit.

 

Quoi de neuf chez Volocopter ?

Volocopter a déjà devancé les autres sociétés en termes de réalisation du projet taxi-drone. Son prototype a volé à Dubaï depuis quelques années et il a cartonné lors du Consumer Electronic Show de 2018. Prochainement, son prochain appareil va être soumis à des tests de vol à Singapour, en conditions réelles, au second semestre de cette année 2019. Ses modèles sont du type « adav » (aéronef à décollage et atterrissage verticaux). Ces essais auront lieu en public, mais on ignore encore si les engins transporteront des personnes… ou pas.

 

Innocom | Innocom